Cantaires occitans


LO VlLATGE NEJAT
Joan Pau Verdier

Dins l'aiga linda dau baratge
Un ome ven de se nejar
quala serena quau miratge
an ben pogut lo sonar
los obrièrs de la centrala
an pas pogut dire son nom
pas question de levar la pala
per tirar son cors dau fons
degun n'es d'accord sus son atge
disem pasmens qu'era nascut
dins un ostau de queu vilatge
dins l'aiga disparegut

Mas vos demande qui pot creire
qu'un ome pot s'anar nejar
dins l'esper fou de tornar veire
un brijon de son passat

Dins l'aiga negra dau baratge
l'engenior ven de se nejar
disiá qu'auvia dins lo vilatge
de las campanas sonar
Auviá lor tindar lo persegre
la nueit lo traire de son som
disiá daus caps qu'un `ome negre
sonava los planhs au fons
coma 'via permes la neissensa
d'una centrala d'avenir
chadun dit sa reconeissansa
per sa rigor d'esperit

mas vos demande qui pat creire
qu'un òme pòt s'anar nejar
cresent tornar auvir e veire
las tòrnas de son passat.


Dans l'eau limpide du barrage
un homme vient de se noyer
quelle siréne, quel mirage
ont bien pu l'appeler?
Les ouvriers de la centrale
n'ont pas pu dire son nom
pas question d'ouvrir les écluses
pour repêcher son corps,
Personne n'est d'accord sur son âge
on dit pourtant qu'il était né
dans une maison de ce village
disparu sous les eaux

mais je vous demande qui peut croire
qu'un homme peut se noyer
dans l'espoir fou de revoir
une bribe de son passé ?

Dans l'eau noire du barrage
l'ingénieur vient de se noyer
on dit qu'il entendait dans le village
des cloches sonner
il entendait leur tintement le poursuivre
la nuit, l'arracher de son sommeil
il disait parfois qu'un homme noir
sonnait le glas au fond
comme il avait permis la naissance
d'une centrale d'avenir
chacun dit sa reconnaissance
pour sa rigueur d'esprit

mais je vous demande
qui peut croire qu'un homme peut se noyer
croyant a nouveau entendre
les fantômes de son passé.

Paraulas : Micheu Chadeuil
Musica : Joan Pau Verdier

Discs Philips

LA VIEILHA MAION

Peiraguda

La vielha maion - Un disc Ventadorn VTD 323

LA VIEILLE MAISON

Autres còps, una tropelada
De petits nenets bien desgordits
S'escampavan tota la jornada
Dins lo petit prat del jardin.
A l'entorn de la grande taula,
Era nombrosa la familha
Quand los dròlles de chas la Graula
Veniàn far dançar las dròllas.

En aquel temps lo paisan
Podià viure de sa tèrra.
N'èra pas riche mas sos enfants
N'aviàn pas paur de la misèria.
Al solelh, la vinha grimpava
En drecha regas peus cairons
Un còp per an, lo vin pagava
Bien son temps al vinhairon.

Coma una pèsta, una annada
La vinha, an degut l'arrachar.
La bona térra era malauda
S'i botèt lo filoxerà.
La maion, l'an abandonada
I a pus de vin en Peiregord.
Te cal manlevar dins las vilas
De que esperar la mòrt.

Rèsta màs la maison pincada.
Son partits. I a pus de paisans.
Coma un vièlh chen, monta la garda
Sus lo passat, sa vita d'antan.
T'an daissada, paura vielha roina.
Dumpuei aquel temps, Peiregord
Se'n vai cada jorn dins las vilas.
Te cal pas purar sus son sòrt.

Ai apres diumenc a Sarlat
Que la roina èra venduda.
Un conh de torista a crompat
La maion de la garriçada.
Vòl tornar montar la teulada
En teules plates, quò's mins car.
Dins la piscina que vòl crusar
Lo bronza-cuol tota l'annada.

Autrefois toute une flopée
De petits enfants bien éveillés
S'amusaient toute la journée
Dans le petit pré du jardin.
Autour de la grande table
Elle était nombreuse la famille
Quand les gars de chez La Graula
Venaient faire danser les filles.

En ce temps là le paysan
Pouvait vivre de sa terre,
I1 n'était pas riche mais ses enfants
N'avaient pas peur de la misère.
Au soleil la vigne grimpait
En droites lignes sur les coteaux
Une fois l'an le vin payait
Bien son temps au vigneron.

Comme une peste une année
La vigne on a du l'arracher,
La bonne terre était malade
Le phyloxera s'y était mis.
La maison ils l'ont abandonnée,
I1 n'y a plus de vin en Périgord
I1 te faut mendier à la ville
De quoi attendre la mort.

Il ne reste plus que la maison dressée
Ils sont partis, il n'y a plus de paysans
Comme un vieux elle monte la garde
Sur son passé, sa vie d'antan.
Ils t'ont laissée pauvre vieille ruine.
Et depuis ce temps 1à, Périgord
S'en va chaque jour dans les villes.
I1 ne faut pas pleurer sur son sort.

J'ai appris dimanche à Sarlat
Que la ruine était vendue
Un con de touriste avait acheté
La maison de la colline.
I1 veut remonter la toiture
En tuiles plates c'est moins cher.
Dans la piscine qu'il veut creuser
Le bronze-cul toute l'année.

Paraulas : Daniel Chavaroche
Musica : Peiraguda

Discs Ventadorn

La Margarida blanca

Ai culhit pel prat
la margarida blanca
Un pauc de mai en mai
Totjorn a la folia
Ai culhit pel prat
Ia margarida blanca
Un pauc de mai en rnai
Per la desabilhar.

M'as dich que dins tos uèlhs
Prigonds coma pregaria
I avi! mai de solelh
Que l'est
Eu ne'n donava
Que dins tos uélhs diamants
Vius coma la ribièra
Mon patire cor d 'enfant
I negariá sa pena.

PEIRAGUDA (La dama pijonièra)
Disque VENTADORN


SE CANTA

Darrièr ma fenèstra
I a un aucelon.
Tota la nuèch canta,
Canta sa cançon .

Al fons de la prada
I a un píbol traucat
Le cucol i canta
Benlèu a nisat

Aquelas montanhas
Que tan nautas son
M'empachan de veiré
Mas amors ont son.

Refrain
Se canta, que cante,
Canta pas per ieu,
Canta per ma miga
Qu'es al luènh de ieu.

Cançon tradicionala cantada per Maria ROANET

"Aital cantam" Disques VENTADORN


MA MAISON

Ma maison 'quo es ben res ma maison
Mas que li aia de qué rentrar
Ma taula quo es ben res ma taula
Mas que li aia de qué minjar
Mon canton 'quo es ben res un canton
Mas que li aia de qué chaurar
Ma lenga 'quo es ben res ma lenga
Mas que li aia de qué parlar.

JAN DAU MELHAU
Lo diable jos la porta" Disque VENTADORN

Retorn al menu Oc