poètas occitans


CARNAVAL

Quand se veirà lo bombardièr escampar pluèja de confètis. . .
Quand se veirà lo canon faire riseta a l'objectiu...
Quand se veira lo tanq passejar filhas per las fèstas...
La bala far son ziga-zaga, coma lo serpentin...
Farai de Carnaval la fèsta nacionala !...


Photo : Bernard Lattes
un poèma de Miquèu DECOR,

cantat per Claudi MARTI

Quand on verra le bombardier répandre des pluies de confétis,
Quand on verra le canon faire risette à l'objectif,
Quand on verra le tank promener les filles aux fêtes,
La balle faire son zig-zag, comme le serpentin,
Je ferai du Carnaval la fête nationale !

LO LIMAUC
Lo limauc part en vacancas...
Ven campar dins lo casal...
I muda sas cornas,
Emai son ostal...
E quora se'n tòrna,
A tot mes a mal:
Adiu l'ensalada !
Adiu lo jolvèrt !
Rèsta que de bava
Al casal desèrt:
Limauc ! limauc ! te farem coire !
Limauc ! limauc ! te farem rostir !
Francimand part en vacanças...
Ven campar dins lo casal...
I muda sas cornas,
Emai son ostal.....
E quora se'n torna,
A tot mes a mal:
Adiu l'ensalada !
Adiu lo jolvèrt !
Rèsta que de bava
Al casal desèrt !
Francimand, te farem coire !
Francimand, te farem rostir !


Marceu Esquieu.

L 'ESCARGOT
L 'escargot part en vacances,
Vient camper dans le jardin...
Il y déménage ses cornes,
Et aussi sa maison...
Et quand il en revient,
il a tout mis à mal:
Adieu la salade !
Adieu le persil
Il ne reste que bave
Au jardin désert:
Escargot nous te ferons cuire !
Escargot ! nous te ferons rotir !
Francimand part en vacances...
Vient camper dans le jardin...
Il y déménage ses cornes,
Et aussi sa maison...
Et quand il s'en revient,
Il a tout mis a mal:
Adieu la salade !
Adieu le persil !
Il ne reste que bave
Au jardin désert !
Francimand ! nous te ferons cuire !
Francimand ! nous te ferons rotir !

Marceu Esquieu

LO MEU OSTAL.

Consi dire lo meu ostal.... Se quilhava lo long de la carrièira grand a mièg camin de l'aubérga e de la glèisa. De per la carrièira se vesiá qu'una paret lisa e blanca, tres fenestrons de bas, quatre fenèstras de naut,...

Una passada traucava l'ostal, barrada per un double portal bèl de postes negras que caliá dobrir tot quand un carri dintrava. Mas aquel portal èra copat al mièg d'una porta pichona per las gents, talament estrecha que caliá dintrar un per un.

Puei veniá la cort ensarrada entre l'ostal e l'estable-fenial e las autras bastissas e las parets nautas que l'enrodavan de pertot. ..

Lo potz èra al ras del portal de l'estable de las vacas. L'aiga se tirava per una pompa de cadena e rajava per una canal de fust dins un abeurador de pèira...

MA MAISON

Comment dire ma maison... Elle se dressait le long de la grand-rue, à mi-chemin de l'auberge et de l'église. De la rue on ne voyait qu'un mur lisse et blanc, trois lucarnes en bas, quatre fenêtres en haut.

Un passage trouait la maison, fermé par un double grand portail de planches noires qu'il fallait ouvrir tout grand quand une charrette entrait. Mais ce portail était coupé en son milieu d'une petite porte pour les gens, tellement étroite qu'il fallait entrer un par un.

Puis venait la cour enserrée entre la maison et l'étable-fenil et les autres bâtiments et les hautes murailles qui l'entouraient de toute part..

Le puits était au ras du portail de l'étable à vaches. L'eau se tirait par une pompe à chaine et coulait par un conduit de bois dans un abreuvoir de pierre...

Lo libre de Catoia - Roman

Joan BodonJean Boudou est sans doute le plus grand
des auteurs occitans contemporains.

Il est né en 1920,
près de Naucelle en Aveyron.

Son oeuvre présente 3 facettes :
le conte (contes del Draç, Contes del meu ostal, ...),
la poésie (Trésor de Viaur, Libre pel meu amic, ..) et
le roman (La grava sul camin, La quimera, ...)

Joan BODON 1920-1975
(lo libre de Catoia )

Les éditions du Rouergue éditent Jean Bodon


POBLE

Poble de dou, poble de rire,
Tu que mastegas la messorga
Que de longa te l'escampèron
Per ton viure, ó poble, mon poble,
Ara que ja, maugrat la nuèch,
Maugrat lo som, maugrat l'enveja,
Entrebadas ti grand' parpèlas,
Oblida, ó poble, ta colèra,
Oblida ta nafra e ton mau.

Enric ESPIEUT

"Joi e jovent" Messatges.


Qu'escotetz, qu'escotetz pas, qué 'quo me fai ?

Queu que passa, qu'escote o que passe,

Qué 'quo me fai ?

Si escotatz lo vent, quand bufa dins los faus e quand brama dins l'aire; si sabetz escotar lo vent, quand mena sus nívols coma de grands ausèls de mar, e quan brama dins l'aire emb sa gorja de giau; si avetz auvit per as la font e la granda aiga e la fuelha purar, lo marmús de l'erba madura en los prats, podetz saber co qu'ai a dire. Lo sabetz desjà.

Marcela DELPASTRE "Saumas pagans" Messatges.


LA CANÇON DEL COCUT

Amont sus la montanha ia un pichôt aucèl que canta e mai s'allègra amont sul morradèl
Cocut e banut !
Las femnas plenas d'arda tanlèu an resolgut de logar un caçaire per aucir lo cocut.
Cocut e banut la jupa traucada !
Mas lo cocut s'enaura aval cap a la vinha e canta a mèstre laume que sa molhèr lo ser...
Cocut e banut.
Que vols que te diga ? La jupa traucada...
"Cocut se me o dises segur te pagarai.
Al temps de las cerièiras bèl pro te'n balharai !"
Cocut e banut que vols que te diga ?
La jupa traucada. Lo vin es begut

Renat Nelli

LA CHANSON DU COUCOU

La-haut sur la montagne y a un petit oiseau qui chante et qui enchante là-haut sur la colline.
Coucou le cornu !
Les femmes pleines d'ardeur ont bientôt résolu de louer un chasseur pour tuer le coucou.
Coucou le cornu la jupe trouée !
Mais le coucou s'envole la-bas jusqu'à la vigne et chante à Maître Jacques que femme le soir ...
Coucou le cornu.
Que puis je t'en dire ? La jupe trouée.
Coucou si me le dis pour sur je te paierai quand viendront les cerises ta part t'en donnerai.
Coucou le cornu que puis je t'en dire ?
La jupe est fendue et le vin est bu.

L'aucèl dels occitans


Retorn al menu Oc